Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une vie cachée (2019 - Terrence Malick)

Certains disent que Malick est revenu aux sources après s'être un peu perdu avec ces trois précédents films "A la merveille", "Knights of cup" et "Song to song" que je n'ai pas vus. Et je suis assez d'accord avec ça car autant vous le dire tout de suite, je pense avoir vu l'un des tous meilleurs films de 2019.

 

 

Le pitch :Inspiré de faits réels. Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz reste un homme libre. Une vie cachée raconte l'histoire de ces héros méconnus.

 

 

Le film est d'une beauté sidérante comme souvent dans le cinéma de Malick, la nature de ces montagnes autrichiennes ressemble au jardin d'Eden et c'est dans ce cadre que vit ce couple de paysans magnifiques interprétés avec brio par August Diehl et Valérie Pachner.

 

 

Ce film sublime deux sentiments très forts que sont l'Amour bien sûr et la foi inébranlable de ce héros en ces croyances et qui refuse de prêter allégeance à Hitler. La voix off vous fait entrer dans ses pensées, sa conscience. Les lettres échangées entre les deux époux sont émouvantes et trouvent à chaque fois les mots justes.

 

 

La famille, l'intolérance, la honte sont très bien illustrées dans toutes les scènes qui font se confronter la femme et les enfants du personnage principal aux habitants du village. La frontière est étroite entre le bien et le mal, la lumière et les ténèbres et Malick sait très bien le montrer au travers d'images qui resteront à jamais gravées dans nos rétines.                           

 

 

Voir les commentaires

Mon bilan jeux de société 2019

Comme chaque année, voici mon bilan de mon activité de jeux de société avec le top 9 des jeux auxquels j'ai le plus joué avec un commentaire qui me permet de parler des jeux en questions et des sensations qu'ils m'ont procuré. 2019 c'est d'abord 432 parties jouées de 79 jeux et 164 joueurs différents. J'ai beaucoup plus joué que l'année précédente (327 parties) car désormais c'est une habitude chaque midi en prenant le café avec mes collègues de travail. A cela s'ajoute les après midi et soirées jeux dans le cadre privé, les tournois que j'organise dans le cadre de la section jeux de mon entreprise et puis le festival Paris Est Ludique qui me permet de rencontrer de nouveaux joueurs et disputer pas mal de parties. C'est parti pour le TOP 9.

 

1- Les Echecs (104 parties)

Il n'est jamais trop tard pour se mettre aux échecs et si je l'ai fait c'est grâce à deux Eric qui sont des collègues de travail. L'un m'a appris à y jouer, l'autre a monté une section Echecs dans le cadre du CE d'entreprise ce qui fait que j'ai fait de nombreuses parties, j'ai disputé un tournoi, bref ça a été une année riche dédiée à un jeu qui exige beaucoup et qui possède une belle courbe d'apprentissage et qui constitue un beau défi.

 

2- 7 Wonders (40 parties)

Ce jeu a bientôt 10 ans et c'est depuis longtemps devenu un classique du jeu de draft (je choisis une carte dans un paquet et je passe le paquet à mon voisin) et l'un de mes jeux de civilisation préférés. En 2019, nous avons organisé un tournoi dans le cadre de la section jeux et en vue de cela, j'ai joué pas mal de parties. Le plaisir est toujours au rendez vous.

 

3- Yokaï (24 parties)

 

Ce jeu découvert à PEL 2019 a été un vrai coup de coeur. Nous sommes ici face à un petit jeu de cartes mémory coopératif. 16 cartes réparties à parts égales en 4 couleur. Un carré de 4 x 4 face caché et le but du jeu est de rassembler toutes les familles de cartes par couleur. Un bon défi et un jeu très addictif. La boîte contient des variantes permettant d'augmenter la difficulté. Ma première partie a aussi été l'occasion de rencontrer la talentueuse Christine Alcouffe qui est l'illustratrice du jeu.

 

4- TTMC (17 parties)

Ce jeu a connu un vrai succès auprès de tout le monde. Il s'agit d'une sorte de trivial pursuit par équipe mais qui ne nécessite pas forcément une grande culture G. On tire une carte sur un thème donné, cette carte contient 10 questions. La 1 étant la plus facile et la 10 la plus difficile. On s'estime sur le sujet en question, on répond à la question correspondante et on avance d'autant de cases. Les questions portent sur tout et n'importe quoi, c'est très drôle et on passe un excellent moment.

 

5- Twin it (16 parties)

Ce jeu est une valeur sûre avec des joueurs non initiés car les règles sont très simples à comprendre, c'est un jeu d'observation et de rapidité où il faut poser son doigt sur deux cartes aux motifs identiques. c'est un Jungle speed sans totem et avec des cartes plus petites. Il y a 3 modes de jeu différents : solo, coopératif et compétitif. Un pur jeu d'ambiance.

 

6- Red 7 (13 parties)

Voici un pur jeu d'apéro ou de café qui a fait son petit effet. 7 familles de cartes numérotées de 1 à 7 dans 7 couleurs différentes. Une condition de victoire au centre de la table (par exemple : Le + de cartes de même couleurs). Lors de son tour de jeu, le jeu doit jouer une carte devant lui qui respecte la condition et qui fasse en sorte que ce soit lui le gagnant autour de la table. Il peut aussi changer uniquement la condition de victoire ou bien faire les deux actions précédentes. Très addictif.

 

7- Santorini (13 parties)

Ce jeu est le seul de la liste qui était déjà dans celle de 2018. Il est écrit "2 à 4 joueurs" sur la boîte mais c'est clairement un jeu pour deux. Beau matériel, des cartes aux belles illustrations représentant des personnages mythologiques. Un jeu abstrait de construction et de déplacement où il faudra être le plus malin en amenant un de ses deux personnage sur un 3e étage d'un des bâtiments construit. J'adore !

 

8- Contrario (12 parties)

Voici le 1er jeu de société moderne que j'ai acheté dans ma petite boutique de jouets de Versailles. Un jeu d'ambiance de guessing où il faudra retrouver le bon titre d'oeuvre (chanson, film, livre,..), expression, lieu,...etc à partir d'une série de mots qui peuvent être le contraire ou des mots similaires ou ressemblant. Par exemple, si je vous dis "Le petit rouge" vous me répondez ? ... "Le grand bleu" bien sûr ! On y joue parfois en fin de journée au bureau pendant la pause café.

 

9- Taluva (12 parties)

Mon prochain tournoi de la section jeu (ce jeudi) et donc pas mal de parties pour se préparer. Voici mon jeu de pose de tuiles préféré, malin, dynamique et surtout magnifique. On construit une île volcanique sur laquelle nous allons bâtir des cités constituées de huttes, temples et tours. C'est une course, c'est intéractif et le jeu est plus beau à la fin qu'au début.

 

 

Voir les commentaires

Mes envies ciné de janvier 2020

Après une année 2019 de très bonne qualité cinématographiquement parlant, 2020 démarre sous de bons auspices car ce mois-ci qui est très riche en sorties du fait qu'il soit constitué de cinq mercredis propose de nombreux films intéressants. J'en ai sélectionné neuf venant de pays aussi variés que les Etats Unis, la France, la Chine, le Japon et la Roumanie.

 

L'art du mensonge (de Bill condon avec Ian Mc Kellen et Helen Mirren - 1h50) : Escroc professionnel, Roy Courtnay a déjà en vue sa prochaine cible : Betty McLeish, récemment devenue veuve, dont la fortune s'élève à des millions de dollars. Dès la première rencontre entre Roy et Betty, l'arnaqueur commence par faire son numéro bien rodé de manipulateur et la veuve, visiblement séduite, semble facile à duper. Mais cette fois, ce qui avait l'air d'une simple arnaque prend l'allure d'un jeu du chat et de la souris aux enjeux de grande ampleur. Tandis que Roy et Betty découvrent des supercheries bien plus insidieuses, les voilà qui plongent dans un monde de dangers, de complots et de trahisons …sorti depuis le 01/01/20.

 

Pourquoi cela me tente ? : Parce qu'aux dires de certains la performance de Ian Mc Kellen est démente et parce que j'aime les films d'arnaque avec des rebondissements, parce que les films dont les héros sont du 3e âge ne sont pas légion.

 

Manhattan lockdown (de Brian Kirk avec Chadwick Boseman, Sienna Miller et J.K Simmons - 1h41) : Une course-poursuite infernale pour appréhender deux tueurs de flics à New York. L’inspecteur Davis est prêt à tout pour les coincer, d’autant qu’une gigantesque machination se dessine derrière leurs agissements. Pour les piéger, il va complètement isoler l’île de Manhattan, fermant l’ensemble de ses ponts, dans une spectaculaire opération… La traque peut commencer...sorti depuis le 01/01/20.

 

Pourquoi cela ma tente ? : Parce qu'on a ici une bonne série B avec beaucoup d'adrénaline et d'action, que le personnage de flic qui est au centre du film semble aussi dangereux que les tueurs qu'il pourchasse.

 

Play (d'Anthony Marciano avec Max Bouilli, Alice Isaac et Malik Zidi - 1h48) : En 1993, Max a 13 ans quand on lui offre sa première caméra. Pendant 25 ans il ne s’arrêtera pas de filmer. La bande de potes, les amours, les succès, les échecs. Des années 90 aux années 2010, c’est le portrait de toute une génération qui se dessine à travers son objectif...sorti depuis le 01/01/20.

 

 

Pourquoi cela me tente ? : Parce qu'on retrouve le duo Marciano-Boublil des gamins, parce que la nostalgie ça fait du bien et parce que les comédies françaises originales, on en voit pas si souvent.

 

Séjour dans les monts Fuchun (de Gu Xiaogang avec Qian Youfa, Wang Fengjuan et Zhang Renliang - 2h30) : Le destin d’une famille s’écoule au rythme de la nature, du cycle des saisons et de la vie d’un fleuve...sortie depuis le 01/01/20.

 

Pourquoi cela me tente ? : Parce que j'aime les chroniques familiales, parce que le film aborde le sujet de la fin de vie, de relations intergénérationnelles, parce que la bande annonce est très belle.

 

 

Les enfants du temps (film d'animation de Makoto Shinkai - 1h54) : Jeune lycéen, Hodaka fuit son île pour rejoindre Tokyo. Sans argent ni emploi, il tente de survivre dans la jungle urbaine et trouve un poste dans une revue dédiée au paranormal. Un phénomène météorologique extrême touche alors le Japon, exposé à de constantes pluies. Hodaka est dépêché pour enquêter sur l'existence de prêtresses du temps. Peu convaincu par cette légende, il change soudainement d'avis lorsqu'il croise la jeune Hina...sorti depuis le 08/01/20.

 

Pourquoi cela me tente ? : Parce que Makoto shinkai est sans soute le plus grand auteur japonais de sa génération, parce que j'ai encore plein d'étoiles dans les yeux suite à la vision de son précédent film Your name, parce qu'esthétiquement et techniquement c'est encore du très haut niveau.

 

Les siffleurs (de Corneliu Porumboiu avec Vlad Ivanov, Catrinel Marlon et Rodic Lazar - 1h38) : Cristi, un inspecteur de police de Bucarest corrompu par des trafiquants de drogue, est soupçonné par ses supérieurs et mis sur écoute. Embarqué malgré lui par la sulfureuse Gilda sur l’île de la Gomera, il doit apprendre vite le Silbo, une langue sifflée ancestrale. Grâce à ce langage secret, il pourra libérer en Roumanie un mafieux de prison et récupérer les millions cachés. Mais l’amour va s’en mêler et rien ne se passera comme prévu…sorti depuis le 08/01/20.

 

Pourquoi cela me tente ? : Parce qu'on est en présence ici d'un polar exotique avec flics corrompus, femme fatale, poursuites et action, parce qu'on évoque ce film comme un Frères Coen à la roumaine et que j'aime les frères Coen.

 

1917 (de Sam Mendes avec George MacKay, Dean-Charles Chapman et Mark Strong - 2h) : Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies...sortie prévue le 15/01/20.

 

Pourquoi cela me tente ? : Car j'aime ce genre de films épiques à la "Il faut sauver le soldat Ryan", parce que la bande annonce donne très envie, parce que les retours des critiques sont très bons.

 

Swallow (de Carlo Mirabelle-Davis avec Haley Bennett, AustinStowell et Elisabeth Marvel - 1h28) : Hunter semble mener une vie parfaite aux côtés de Richie, son mari qui vient de reprendre la direction de l’entreprise familiale. Mais dès lors qu’elle tombe enceinte, elle développe un trouble compulsif du comportement alimentaire, le Pica, caractérisé par l’ingestion d’objets divers. Son époux et sa belle-famille décident alors de contrôler ses moindres faits et gestes pour éviter le pire : qu’elle ne porte atteinte à la lignée des Conrad… Mais cette étrange et incontrôlable obsession ne cacherait-elle pas un secret plus terrible encore ?...sortie prévue le 15/01/20.

 

Pourquoi cela me tente ? : Parce que j'aime les films qui dérangent et que celui-ci a l'air bien barré.

 

Scandale (de Jay-Roach avec Charlize Theron, Nicole Kidman et Margot Robbie - 1h54) : Inspiré de faits réels, SCANDALE nous plonge dans les coulisses d’une chaîne de télévision aussi puissante que controversée. Des premières étincelles à l’explosion médiatique, découvrez comment des femmes journalistes ont réussi à briser la loi du silence pour dénoncer l’inacceptable...sortie prévue le 22/01/20.

 

 

Pourquoi cela me tente ? : Parce qu'on a ici peut être le premier grand film de l'ère #metoo, parce que selon beaucoup, Charlize Theron tient ici l'un de ses meilleurs rôles depuis longtemps.

Voir les commentaires

The Irishman (2019 - Martin Scorsese)

J'aimerai débuter ce billet par un vrai coup de gueule. Un coup de gueule vis à vis de l'industrie du cinéma car au travers du festival de Cannes et désormais l'académie des Golden Globes qui a remis ces prix dimanche dernier. Un coup de gueule car les films Netflix sont snobés, ne sont pas considérés comme du cinéma. Or je trouve qu'il s'agit ici d'une position injuste et vraiment "vieux jeux". En effet, le cinéma reste le cinéma et un film nécessite les mêmes moyens et efforts qu'il soit labellisé Netflix ou pas. Je trouve que ces institutions ne tiennent pas compte du mode de diffusion et de visionnage des films qui a évolué avec les progrès technologiques de notre société. Ce n'est que mon point de vue mais je tenais à le partager avec vous.

 

 

Le picth : Cette saga sur le crime organisé dans l'Amérique de l'après-guerre est racontée du point de vue de Frank Sheeran, un ancien soldat de la Seconde Guerre mondiale devenu escroc et tueur à gages ayant travaillé aux côtés de quelques-unes des plus grandes figures du 20e siècle. Couvrant plusieurs décennies, le film relate l'un des mystères insondables de l'histoire des États-Unis : la disparition du légendaire dirigeant syndicaliste Jimmy Hoffa. Il offre également une plongée monumentale dans les arcanes de la mafia en révélant ses rouages, ses luttes internes et ses liens avec le monde politique.

 

 

Je suis d'autant plus remonté que The Irishman est l'un des touts meilleurs films de 2019 et un très grand Scorsese. Selon moi , il n'avait plus atteint un tel niveau depuis Casino qui date de 1995. Il synthétise ici le meilleur de son cinéma de films de gangsters. On ressent un plaisir fou de retrouver des acteurs tels que Robert De Niro, Al Pacino, Joe Pesci, Harvey Keitel tous excellents. Le film se déroule sur plusieurs décennies et décrit les liens entre la mafia et le pouvoir politique, les rivalités de gangs, le code d'honneur des bandits, la loyauté. Le film parle également des liens qu'entretiennent ces gangsters avec leur famille, les regrets...

 

 

Le budget du film est de 160 Millions de Dollars pour 3h28 de film et de pur bonheur. Scorsese a utilisé sur ce film une technique d'effets spéciaux qui permet de rajeunir les acteurs de la même manière que dans 'La fabuleuse histoire de Benjamin Button". Il avait 5 nominations majeures aux derniers golden globe mais n'a rien gagné. Espérons que l'académie des Oscars soit moins méprisante envers un très grand film.

 

 

Voir les commentaires

Brooklyn affairs (2019 - Edward Norton)

Toute une décennie, c'est le temps qu'a mis Edward Norton pour retrouver le devant de la scène en tant qu'acteur ou réalisateur. Avec Brooklyn affairs, il revient avec une deuxième réalisation et un personnage qui est de tous les plans. Il adapte ici un polar des années 90, "Les orphelins de Brooklyn" de Jonathan Lethem, alors retour gagnant ?

 

Le pitch : New York dans les années 1950. Lionel Essrog, détective privé souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette, enquête sur le meurtre de son mentor et unique ami Frank Minna. Grâce aux rares indices en sa possession et à son esprit obsessionnel, il découvre des secrets dont la révélation pourrait avoir des conséquences sur la ville de New York… Des clubs de jazz de Harlem aux taudis de Brooklyn, jusqu'aux quartiers chics de Manhattan, Lionel devra affronter l'homme le plus redoutable de la ville pour sauver l'honneur de son ami disparu. Et peut-être aussi la femme qui lui assurera son salut…

 

 

Un retour plus que gagnant pour Edward Norton qui a eu la bonne idée de transposer l'action du livre dans les années 50, ce qui donne un charme fou à son film. En effet, les décors, les costumes, l'ambiance des romans de détective, le jazz, tout y est.

 

 

Edward Norton en tant qu'acteur éclabousse ce film de sa classe avec une interprétation d'un personnage atteint du syndrome Gilles de La Tourette qui lui donne des capacités mémorielles au-dessus de la moyenne et une sensibilité toute particulière. Il est pratiquement dans tous les plans et joue de manière très juste. Les dialogues sont très bien écrits et donnent lieu à des scènes vraiment superbes entre Lionel et Laura-Rose ou bien Lionel et Randolph Moses interprété par un excellent Alec Baldwin.

 

 

La musique jazz est très présente et contribue beaucoup à la beauté du film pour qui est touché par ce style de musique. Espérons désormais que Norton n'attende pas dix ans pour revenir avec une oeuvre de ce niveau.

Voir les commentaires

Voeux 2020 et bilan annuel du blog

Bonjour à tous, comme chaque année à cette date, je tenais à vous souhaiter une très belle année 2020 ainsi qu'à tous vos proches. Que cette année vous apporte, santé et bonheur pour vous et vos proches.

 

Concernant le blog, voici quelques chiffres significatifs :

 

Les satisfactions

 

Déjà, un abonné de plus en 2019, ce qui fait qu'en deux ans, le nombre d'abonnés à triplé. Merci de me lire, cela me fait énormément plaisir.

 

Le nombre de billets publiés est de 51 pour 45 l'an dernier. Il s'agit de la plus grande quantité d'articles depuis 2015. Je m'étais fixé un minimum de 48 donc l'objectif est atteint avec en moyenne une publication par semaine, le rythme de publication a été bon cette année. Pour 2020, je souhaite au moins faire aussi bien voire plus.

 

Le nombre de visiteurs uniques depuis la création du blog en 2012 a dépassé la barre des 20000 avec 20392 visiteurs pour être exact.

 

Les déceptions

 

Le nombre de pages vues est en baisse d'environ 10% par rapport à l'an dernier avec un total de 3137 contre 3504 l'an dernier.

 

Mon objectif principal de l'an dernier était de remettre des videos dans le blog mais j'ai sous-estimé la charge de travail que cela représente si je veux faire ça bien. Cela reste mon objectif principal pour 2020.

 

Voir les commentaires