Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amanda (2018 - Mikhaël Hers)

Il me tardait d'assister à une nouvelle étape de l'évolution de Vincent Lacoste que j'avais beaucoup apprécié dans Hippocrate et plus près de nous Victoria. Et bien je trouve qu'il continue à progresser et est vraiment à l'aise dans des rôles dramatiques.

 

Le pitch : Paris, de nos jours. David, 24 ans, vit au présent. Il jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa sœur aînée meurt brutalement. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de 7 ans, Amanda.

 

La 1ère demie heure du film montre une belle complicité fraternelle

 

Je sors à l'instant de la salle de cinéma et je peux vous dire que je suis enchanté par ce film qui est très touchant et fort en émotions. La 1ère demie-heure est vraiment un condensé de bonheur pour David, sa soeur et la petite Amanda et cela en plein été à Paris dont on redécouvre certains quartiers de l'est de la capitale.

 

Beau moment partagé entre David et sa nièce Amanda

 

Le film traite de plusieurs sujets de manière très intelligente et en empathie totale avec les personnages : la relation fraternelle, le terrorisme et ses traumatismes, le deuil, la perte de l'insouciance et le passage difficile à l'âge adulte.

 

Vincent Lacoste dans l'un de ses plus beaux rôles

 

L'actrice qui donne son nom au film, Isaure Multrier est vraiment craquante, Vincent Lacoste est attachant et touchant dans ce rôle de même que tous les acteurs secondaires qui apportent tous leur contribution à ce petit bijou de film que je vous encourage à aller voir de toute urgence.

Voir les commentaires

Carmen - Restaurant et salon (78000 - Versailles)

 

Ouvert depuis 2017 à Versailles dans le quartier Saint Louis, ce petit restaurant et salon de thé intimiste sait allier qualité, raffinement et gourmandise. 

 

 

 

 

La salle est très épurée, le style très sobre mais la table gagne déjà un bon point : nappes en coton d'Egypte, verres en cristal, vaisselle en porcelaine et dernier détail qui a son importance, un petit pot avec une belle rose rouge.

 

 

Au niveau du menu, le chef Patrick Eyroi s'approvisionne exclusivement de produits frais du marché Notre-Dame et tout est fait maison. Les saveurs explosent littéralement en bouche et sont un pur ravissement pour le palais.

 

Le délicieux ceviche

 

Ceviche de daurade à la tahitienne, risotto aux noix de saint Jacques, volailles,  dessert aux fruits rouges, dessert au chocolat...

 

Dessert gourmand aux fruits rouges

 

Deux menus sont proposés : un à 58€ et l'autre à 64€ selon la faim de chacun. Tout y est délicieux, le lieu est très agréable et le service est soigné. L'après midi l'établissement fait office de salon de thé : voici vraiment une adresse à découvrir à Versailles.

 

Pour les amoureux du chocolat

 

Carmen Restaurant et salon - 11 rue Saint Honoré - 78000 Versailles

Site web : https://www.restaurant-carmen-versailles.fr

Page Facebook : https://www.facebook.com/airdevacances/

 

Voir les commentaires

Mes envies ciné de novembre 2018

Après un mois d'octobre riche en sorties de qualité, novembre s'annonce néanmoins intéressant avec pour moi 5 films qui sortent du lot et qui proviennent de divers horizons.

 

Kursk (de Thomas Vinterberg avec M.Schonaerts, L.Seydoux, C.Firth - durée : 1h57) : KURSK relate le naufrage du sous-marin nucléaire russe K-141 Koursk, survenu en mer de Barents le 12 août 2000. Tandis qu’à bord du navire endommagé, vingt-trois marins se battent pour survivre, au sol, leurs familles luttent désespérément contre les blocages bureaucratiques qui ne cessent de compromettre l’espoir de les sauver...sorti depuis le 07/11/2018.

 

Mon avis : Un film catastrophe avec un contexte politique fort et des acteurs qui semblent très convaincants.

 

The spy gone north (de Yoon Jong-Bin avec JM.Hwang, SM.Lee - durée : 2h21) : Séoul, 1993. Un ancien officier est engagé par les services secrets sud-coréens sous le nom de code "Black Venus". Chargé de collecter des informations sur le programme nucléaire en Corée du Nord, il infiltre un groupe de dignitaires de Pyongyang et réussi progressivement à gagner la confiance du Parti. Opérant dorénavant en autonomie complète au coeur du pays le plus secret et le plus dangereux au monde, l’espion "Black Venus" devient un pion dans les tractations politiques entre les gouvernements des deux Corées. Mais ce qu’il découvre risque de mettre en péril sa mission et ce pourquoi il a tout sacrifié...sorti depuis le 07/11/2018.

Mon avis : La bande annonce est une promesse de polar à fort suspense et action qui donne très envie.

 

Millenium : Ce qui ne me tue pas (de Fede Alvarez avec C.Foy, S.Gudnason - durée : 1h56) : Frans Balder, éminent chercheur suédois en intelligence artificielle fait appel à Lisbeth Salander afin de récupérer un logiciel qu'il a créé et permettant de prendre le contrôle d'armes nucléaires. Mais la NSA ainsi qu'un groupe de terroristes mené par Jan Holster sont également sur la piste du logiciel. Traquée, Lisbeth va faire appel à son ami le journaliste Mikael Blomkvist qu'elle n'a pas vu depuis 3 ans...sortie prévue le 14/11/2018.

 

Mon avis : En juillet 2017, je vous avais dis tout le bien que je pensais du roman de David Lagercrantz et le film s'annonce tout aussi haletant que le livre.

 

Amanda (de Mikhaël Hers avec V.Lacoste, I.Multrier - 1h47) : Paris, de nos jours. David, 24 ans, vit au présent. Il jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa sœur aînée meurt brutalement. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de 7 ans, Amanda...sortie prévue le 21/11/2018.

 

Mon avis : Un film émouvant avec un questionnement sur le deuil, l'éducation, les responsabilités. Le rôle de la maturité pour Vincent Lacoste.

 

Les veuves (de Steve McQueen avec V.Davis et M.Rodriguez - durée : 2h10) : Chicago, de nos jours. Quatre femmes qui ne se connaissent pas. Leurs maris viennent de mourir lors d’un braquage qui a mal tourné, les laissant avec une lourde dette à rembourser. Elles n'ont rien en commun mais décident d’unir leurs forces pour terminer ce que leurs époux avaient commencé. Et prendre leur propre destin en main…sortie prévue le 28/11/2018.

 

Mon avis : Après avoir réalisé des films dramatiques très marquants tels que sont Hunger, Shame et 12 years a slave, le réalisateur britannique se lance dans le film de braquage avec le même talent.

Voir les commentaires

Zombicide de Nicolas Raoult, Jean-Baptiste Lullien et Raphaël Guiton (2012 - Editions Guillotine Games & Cool Mini or not)

Zombicide est un jeu de plateau coopératif pour 1 à 6 joueurs d'au moins 13 ans et des parties entre 1h et 2h selon les scénarios joués. Dans ce jeu , les joueurs incarnent des survivants aux profils aussi variés que policier, serveuse, un bureaucrate, une goth, etc...qui doivent survivre à des invasions de zombies au sein d'une ville.

 

 

 

Avec Zombicide, j'aborde un nouveau genre de jeu de société qui est communément nommé Améritrash. Ce type de jeux se caractérise par une thématique très présente, de la bagarre et des mécaniques très souvent basée sur des jets de dés.

 

Les figurines du jeu

 

La première chose qui frappe les esprits avec Zombicide c'est le matériel constitué de :

  • 9 grandes dalles en carton recto-verso présentant une partie du décor de rue ou d'intérieur de bâtiment qui seront utilisées pour joueur un scénario,
  • six figurines de survivants avec leur plateau individuel associé et de nombreuses figurines de zombies qui sont de 4 sortes (walkers, runners, fassis et une abomination),
  • de nombreux jetons en cartons représentant des entrées de zombies, des voitures, des objectifs,...etc
  • de nombreuses cartes représentant des menaces zombies, des armes, des vivres, ....
Le plateau d'un des scénario du jeu

Le livret de règle est très complet et vient avec 10 scénarios à accomplir tous ensemble en coopération. Un tour de jeux fait jouer tous les personnages survivants et ensuite on passe aux actions des zombies. Les actions consistent en se déplacer, fouiller dans une pièce vide, attaquer des zombies à distance ou en mêlée, récupérer un objectif, réorganiser son inventaire, utiliser une voiture, etc... Plus on tue de zombie, et plus on acquiert de l'expérience et des actions supplémentaires mais le nombre de zombies à envahir le plateau augmente également en conséquence.

L'expérience de jeu est vraiment immersive, les choix  sont parfois compliqués mais le plaisir est vraiment au rendez vous. Ce jeu a occupé de nombreux dimanches après midi avec mes amis et le plaisir est toujours intact. Le succès a été immédiat et plusieurs extensions sont sorties (Toxic city mall, Prison outbreak, Rue Morgue, Black plague).

 

Le matériel de Toxic city mal qui est excellent également

 

Comme d'habitude, pour l'achat de vos jeux de société, je vous recommande de les acheter sur le site http://www.ludifolie.com qui propose des prix défiant toute concurrence car en dessous des prix du marché. Son responsable, Eric et son équipe sont très professionnels et sont de véritables passionnés qui sauront très bien vous conseiller à la boutique située au 73 rue de Fontenay à Vincennes, alors allez y nombreux !

 

 

Zombicide est au prix de 81,22€.

Un résumé des règles par l'excellent Yahndrev (la 2e partie est disponible sur sa chaine Youtube)

Voir les commentaires

Capharnaüm (2018 - Nadine Labaki)

Ce mois de novembre est décidément de qualité cinématographiquement parlant avec un 3e film et encore un sans faute dans un registre bien différent des deux précédents dont je vous ai parlé ce mois ci.

 

Capharnaüm avait reçu une belle ovation lors de sa projection à Cannes en mai dernier et a obtenu le prix du jury et je dois dire que c'est bien mérité !

 

 

 

Le pitch : À l'intérieur d'un tribunal, Zain, un garçon de 12 ans, est présenté devant le juge. À la question : " Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? ", Zain lui répond : " Pour m'avoir donné la vie ! ". Capharnaüm retrace l'incroyable parcours de cet enfant en quête d'identité et qui se rebelle contre la vie qu'on cherche à lui imposer.

 

 

Ce film est un vrai coup de poing dans le ventre de par son sujet (l'enfance maltraitée), ses images qui vous restent en mémoire longtemps après la projection, et le regard de ce petit garçon Zain qui traduit toute la détresse d'un peuple, les Syriens et ses difficultés à exister hors de ses frontières (le Liban), de se nourrir au quotidien, d'éduquer leurs enfants et de s'en occuper.

 

 

On est proches du documentaire, la violence du quotidien est parfois insupportable mais elle fait partie de la vie de ces personnes et de ce que souhaite dénoncer la réalisatrice libanaise à travers son film.

 

 

Les personnes qui sont filmées y compris le jeune garçon protagoniste principal du film ne sont pas des acteurs professionnels et ont vécu des situations similaires à ceux des personnages.

 

 

La musique du film est vraiment superbe et accompagne merveilleusement bien les images et ce garçon de 12 ans qui assume toute la responsabilité que les adultes refusent de porter et qui se montre d'un courage sans bornes.

Si vous aimez les films qui questionnent, qui heurtent et qui vous monter une réalité pas toujours rose, ce film est à voir ABSOLUMENT.

Voir les commentaires

Salon du chocolat 2018 (Paris 15e)

Deux jours ! il ne vous reste que deux jours pour vous rendre au salon du chocolat qui se tient à la Porte de Versailles à Paris. Vous pourrez également vous rattraper du côté de Lyon puisque le salon s'y produira du 09 au 11/11.

 

 

 

 

Magnifique bûche de Noël

Cela faisait dix ans que je n'y avais pas remis les pieds, c'est donc avec hâte que j'avais envie de m'y rendre et l'après midi passée là-bas a été très plaisante car en plus, j'étais très bien accompagné puisque j'y suis allé avec ma Catherine et ma japonaise préférée Tamaki.

 

Un des nombreux stands auquel on ne peut résister

 

Cette année, le salon du chocolat c'est plus de 500 participants, 60 pays représentés, des défilés de robes en chocolat, de nombreux ateliers de cuisine, des conférences, des activités pour les enfants.

 

Au stand gouvernemental du Brésil, vous pourrez goûter des fèves de cacao torréfiées ou au naturel

 

Amoureux du chocolat, et parce qu'il faut savoir se fixer des limites, nous sommes repartis avec 5 tablettes de chocolat et un pot de pâte à tartiner. Parmi les coups de coeur et les recommandations, je vous conseille les chocolats péruviens des marques Maraná et Cacaosuyo. Le chocolat colombien Juan Choconat est également excellent, surtout celui nommé Uchuva qui mélange cacao et amours en cage (fruit connu aussi comme physalis). Enfin, ne ratez surtout pas le stand Diogo Vaz dont la plantation se trouve en Afrique subsaharienne près de l'équateur (à Sāo Tomé e Principe). Le stand est petit mais très joli avec son plafond jonché de plantes, ses présentoir tapissés de fèves de cacao émiettées. Enfin, le stand français de Jacques Bockel qui a une offre de pâtes à tartiner assez variée.

 

Le Japon est un des pays très bien représenté et ce stand est tout bonnement stupéfiant car Junichi Mitsubori crée de véritables oeuvres d'art

 

Le stand Diogo Vaz à découvrir absolument

 

Pour les fans de chaussures !

 

Des vieilles clés et des boulons rouillés

 

Notre butin de cette année

 

Salon du chocolat de Paris

Pavillon 4 - 1, Place de la Porte de Versailles (Paris 15e)

Métro L12, Tramway T2/T3, Bus 80 : Arrêt Porte de Versailles

Site web : https://www.salon-du-chocolat.com

 

Voir les commentaires