Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les 8 salopards (2016 - Quentin Tarantino)

Les 8 salopards (2016 - Quentin Tarantino)

J'attendais avec impatience le nouvel opus de Tarantino qui avait réussi un magnifique Django Unchained. Mes attentes ont été à moitié satisfaites.

L'histoire : Quelques années après la Guerre de Sécession, le chasseur de primes John Ruth, dit Le Bourreau, fait route vers Red Rock, où il conduit sa prisonnière Daisy Domergue se faire pendre. Sur leur route, ils rencontrent le Major Marquis Warren, un ancien soldat lui aussi devenu chasseur de primes, et Chris Mannix, le nouveau shérif de Red Rock. Surpris par le blizzard, ils trouvent refuge dans une auberge au milieu des montagnes, où ils sont accueillis par quatre personnages énigmatiques : le confédéré, le mexicain, le cowboy et le court-sur-pattes. Alors que la tempête s’abat au-dessus du massif, l’auberge va abriter une série de tromperies et de trahisons. L’un de ces huit salopards n’est pas celui qu’il prétend être ; il y a fort à parier que tout le monde ne sortira pas vivant de l’auberge de Minnie.

Trop long est le principal défaut que je vois au film. Le fait que le film dure 2h48 ne me gêne pas de prime abord si le réalisateur sait faire en sorte que son film n'ait pas l'air d'être long. Cela passe souvent par le rythme et ici je dois dire que Tarantino n'a pas su m'éviter l'ennui pour ce qui concerne la première moitié du film.

A partir du moment où le premier mort arrive, c'est un pur bonheur de dialogues, situations délirantes et grand-guignolesques. Mention spéciale au duo Samuel L Jackson et Jennifer Jason Leigh qui sont vraiment excellents.

La musique, bien que composée par le grand Ennio Morricone ne reste pas dans les têtes comme pouvaient le faire celles des précédents films de Tarantino.

L'aspect huit clos est très réussi avec le doute des alliances qui se créé à la manière de The thing de Carpenter.

La première partie est très lente et sans intérêt selon moi car elle plombe le film.

Une petite déception donc...

Le film nous permet de voir des acteurs disparus des écrans tels que Kurt Russel et Jennifer Jason Leigh

Le film nous permet de voir des acteurs disparus des écrans tels que Kurt Russel et Jennifer Jason Leigh

Samuel L Jackson déjà présent dans Django Unchained est sans aucun doute le meilleur acteur du film

Samuel L Jackson déjà présent dans Django Unchained est sans aucun doute le meilleur acteur du film

La bande annonce de "Les 8 salopards"

Voir les commentaires

Mon Top 5 BD 2015

Mon Top 5 BD 2015

Aucune des BD de mon top ne date de 2015 mais je les ai lues l'an dernier et m'ont profondément marquées.

N°5 : Les ignorants (2011 - Etienne Davodeau - Editions Futuropolis)

Étienne Davodeau est auteur de bande dessinée, il ne sait pas grand-chose du monde du vin. Richard Leroy est vigneron, il n’a quasiment jamais lu de bande dessinée ». Pendant un peu plus d’une année, les deux hommes vont partager leurs savoirs et leurs ignorances dans les deux domaines précités. Le contrat tacite ne se limite pas à une intention de principe : l’auteur donne le coup de main sur le terrain au vigneron, lequel consacre une partie de son temps libre à la lecture des albums conseillés par le premier.

​Cette BD est un pur ravissement de par la notion de partage, de découverte de l'univers de l'autre et puis surtout elle m'a permit de découvrir d'autres auteurs de BD dont deux font partie de ce top.

N°4 : L'art de voler (2011 - ntonio Altarriba et Kim - Denoël)

Dans une maison de retraite, en Espagne... Un vieillard âgé de 90 ans élabore une stratégie pour échapper quelques instants à la vigilance du personnel. En quelques minutes, il rejoint le dernier étage de l'établissement, où il arrive à se cacher de l'assistante sociale qu'il aperçoit dans le couloir. Antonio Altarriba a décidé d'en finir avec la vie. Il se défenestre du 4ème étage. Son fils retrouve les notes écrites par son père. C'était un homme de la terre, fils de paysan dans un petit village de l'Aragon. Un gamin élevé dans l'Espagne des sans-le-sou, sous un régime dictatorial. Un homme épris de liberté, plein d'espoir et de rêve, qui traversa le XXème siècle et dut faire face à quelques amères désillusions. C'est son histoire et un peu de celle de son pays que retrace à présent son fils, comme un héritage spirituel...

Cette oeuvre qui retrace tout un pan de l'histoire de l'Espagne m'a profondément ému de part le destin hors du commun du père de l'auteur et de par mes origines. Un grand auteur est né.

N°3 : Blast (2009-2014 - Manu Larcenet - Editions Dargaud)

Blast présente Polza Mancini, un colosse de 38 ans qui pèse 150 kilos, en garde à vue. Il est suspecté d'avoir agressé mortellement une jeune fille, Carole Oudinot. Les deux flics qui l'interrogent mesurent d'emblée la difficulté de recueillir les aveux de cet homme qui a décidé d'errer seul et sombrant dans la déchéance après la mort de son père. Car Polza ne parlera qu'à la condition d'être écouté et de pouvoir raconter son histoire. Il veut être compris. Au risque d'un mutisme définitif. C'est ainsi qu'il embarque les deux policiers dans les méandres de son avilissement, qui a pour but de lui faire revivre le fameux blast, cette onde de choc provoquée par une explosion.

Il y a bien longtemps que je n'avais pas été aussi malmené par une histoire qui ne va jamais là où on l'attend. Il est très difficile de s'attacher au personnage principal au début mais l'auteur y parvient car le monde qu'il décrit est encore plus monstrueux que lui. Certaines planches sont d'une beauté sidérante.

N°2 : Maus 1987-1992 - Art Spiegelman - Editions Flammarion)

Le père de l'auteur, Vladek, juif polonais, rescapé d'Auschwitz, raconte sa vie de 1930 à 1944, date de sa déportation. Ce récit est rapporté sous la forme d'une bande dessinée dont les personnages ont une tête d'animal : les juifs sont des souris, les nazis des chats, les Polonais des porcs et les Américains des chiens.

​Je suis encore hanté par cette "petite" histoire dans la Grande, la description de la vie dans les camps nazis, la relation entre ce juif polonais et son fils. Tout cela est très bien retranscrit par le dessin en noir et blanc et par le choix des animaux représentant très bien les différents protagonistes.

N°1 : Le photographe (2003 -2006 - Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier - Editions Dupuis)

En 1986, le photographe Didier Lefèvre rejoint une mission de Médecins sans frontières en Afghanistan, alors en guerre contre l'Union soviétique, pour acheminer une aide médicale à travers les montagnes. C'est ce long périple, jalonné de rencontres et de dangers, que nous racontent Didier Lefèvre et Emmanuel Guibert, sur la trame du reportage photographique réalisé sur place par Didier Lefèvre.

Je suis encore profondément marqué par cette oeuvre originale, à la croisée des chemins entre BD, photo et documentaire. Hanté encore par la vie des médecins parmi ces populations menacées de mort à tout moment. Les conversations sur la religion, la guerre, la famille, la vie tout simplement... Une oeuvre d'une puissance intacte après 10 ans. A recommander de toute urgence.

N°5 : Les ignorants d'Etienne Davodeau

N°5 : Les ignorants d'Etienne Davodeau

N°4 : L'art de voler d'Antonio Altarriba et Kim

N°4 : L'art de voler d'Antonio Altarriba et Kim

N°3 : Blast de Manu Larcenet

N°3 : Blast de Manu Larcenet

N°2 d'Art Spiegelman

N°2 d'Art Spiegelman

N°1 : Le photographe d'Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier

N°1 : Le photographe d'Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier

Voir les commentaires

Mon Top 3 Livres 2015

Mon Top 3 Livres 2015

Comme l'an dernier, je ne traiterai pas pas forcément ici de publications de 2015 mais de mes lectures 2015.

N°3 : Le fils (de Philipp Meyer - 2014 chez Albin Michel - 670 pages)

L'histoire : Vaste fresque de l’Amérique de 1850 à nos jours, Le livre est porté par trois personnages, trois générations d’une famille texane, les McCullough, dont les voix successives tissent la trame de ce roman exceptionnel. Eli, enlevé par les Comanches à l’âge de onze ans, va passer parmi eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu parmi les Blancs, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de bâtir un empire, devenant, sous le nom de « Colonel », un personnage de légende.

Cette fresque familiale m'a tenue en haleine une partie de mon été grâce à la richesse de ses personnages, et au destin fascinant de cette famille à travers plusieurs générations. Philip Meyer est assurément un auteur à suivre de près.

N°2 : Mā (d'Hubert Haddad - 2015 chez Zulma - 247 pages)

L'histoire : Shōichi porte en lui le souvenir de Saori, la seule femme qu’il ait aimée, une universitaire qui a consacré sa vie à Santōka, le dernier grand haïkiste. Leur aventure aussi incandescente que brève initie le départ de Shōichi sur les pas de Santōka, de l’immense Bashō et de son maître Saigyō. Marcher, pour cette procession héroïque d’ascètes aventureux, c’est échapper au ressassement, aux amours perdues, c’est vivre pleinement l’instant ! « Le saké pour le corps, le haïku pour le cœur. »

Cet écrivain tunisien a été une agréable découverte faite grâce à ma libraire préférée (merci Lucile) et son livre est pure poésie du début à la fin. Il réussit à nous faire ressentir ce que vivent les personnages qui évoluent dans des paysages à couper le souffle. Un livre qui fait du bien.

N°1 : Six fourmis blanches (de Sandrine Collette - 2015 chez Denoël - 288 pages)

L'histoire se déroule dans les montagnes albanaises et nous narre deux histoires de façon alternée : celle mystérieuse de Mathias dont le métier est sacrificateur pour le compte de familles du village qui le sollicitent lors de célébrations telles que des mariages, naissances, pour sacrifier une chèvre depuis le haut de la montagne afin de se protéger des mauvais esprits. La deuxième histoire est celle de Lou qui s'engage avec son compagnon et 4 autres personnes dans un trek en haute montagne.

Voici pour moi le polar de l'année 2015 écrit par une française à l'immense talent d'écriture qui a su me glacer le sang en plein coeur de l'été avec ses personnages complexes et une histoire qui a su jusqu'à la dernière page me surprendre.

N°3 : Le fils (Philipp Meyer)

N°3 : Le fils (Philipp Meyer)

N°2 : Mā (Hubert Haddad)

N°2 : Mā (Hubert Haddad)

N°1 : Six fourmis blanches (Sandrine Collette)

N°1 : Six fourmis blanches (Sandrine Collette)

Voir les commentaires

Mon Top 5 films 2015

Mon Top 5 films 2015

Je précise qu'au moment d'écrire ces lignes, je n'ai pas encore vu le dernier Star Wars et que je n'ai pas pu voir un certains nombre de films qui m'attiraient beaucoup. Donc n'apparaîtront pas dans ce classement, des titres au fort potentiel et dont j'ai eu de très bons échos tels que en vrac : Les nouveaux sauvages, Birdman, Hacker, Good kill, Ex Machina, Le petit prince, Miss Hokusai, Seul sur Mars, Crimson Peak, Sicario, Knight of cups.

N°5 Imitation game (de Morten Tyldum avec B.Cumberbatch, K.Knightley - 1h55)

En tout début d'année, ce film m'a vraiment bluffé de part la force de son sujet et l'histoire passionnante d'Alan Turing, mathématicien d'exception qui parvint à décrypter les messages envoyés par les allemands pendant la 2e guerre mondiale. Benedict Cumberbatch joue ici son meilleur rôle au cinéma en incarnant un personnage à la personnalité complexe et heurté par une société qui n'accepte pas sa différence. Le film a obtenu l'Oscar du meilleur scénario adapté.

N°4 Souvenirs de Marnie (Animation de Hiromasa Yonebayashi - 1h43)

Le mois de janvier a décidément livré pour moi deux des meilleurs films de mon année ciné avec ce film des studios Ghibli narrant l'histoire d'Anna, fille de la ville allant à la campagne pour se soigner et qui va faire la connaissance de Marnie et se lier d'amitié avec elle. Je me souviens encore des larmes versées à la sortie de la salle tellement cette histoire d'amitié, solitude, vie à la campagne, affection parentale m'a ému. Il n'y a pas que Miyazaki qui est capable de véritables chefs d'oeuvre.

N°3 Kingsman services secrets (de Matthew Vaughn avec C.Firth, T.Egerton, S.Jackson, M.Caine - 2h09)

Ce film nostalgique des films d'espionnage des années 70, m'a fait passer un moment assez jouissif de cinéma avec un Colin Firth que l'on a pas du tout l'habitude de voir dans un tel registre. Actions, gadgets, belles filles, scènes gore, tout ça dans un même film avec beaucoup de second degré.

N°2 Mission impossible : Rogue nation (de Christopher McQuarrie avec T.Cruise, J.Renner, S.Pegg - 2h12)

Je n'aurai jamais imaginé voir figurer un film de la saga Mission impossible dans ce top mais je dois bien avouer que nous avons eu droit cette année au meilleur film de la saga avec des scènes d'actions à couper le souffle, un Ethan Hunt qui vieillit bien et un plaisir même pas coupable !

N°1 Mad Max Fury road (de George Miller avec T.Hardy, C.Theron - 2h)

Je n'ai eu aucun doute pour désigner comme mon meilleur film de l'année ce Mad Max qui m'a littéralement scotché sur mon siège. Tout ici est réussi : cascades, le son, la musique du film, les séquences d'actions comme je n'en avais jamais vu auparavant. C'était surtout la première fois de ma vie où j'ai adoré un film sans vraiment m'expliquer pourquoi. Le film consiste en une course poursuite du début à la fin et pourtant ça a été l'un des plus gros kiff de ciné en ce qui me concerne.

Imitation Game

Souvenirs de Marnie

Kingsman Services secrets

Mission Impossible : Rogue Nation

Mad Max Fury road

Voir les commentaires

Mon TOP 5 jeux de société de 2015

Mon TOP 5 jeux de société de 2015

Comme chaque année voici venue l'heure de faire quelques bilans. On commence par mon TOP 5 jeux de cette année 2015.

N° 5 Lutèce de Nicolas Sato (Editions Superlude - 2 à 5 joueurs - 10 ans - 45 mn)

Voici un sympathique jeu de cartes mêlant enchères, bluff, gestion de ressources et combos. Le thème et les visuels sont proches de l'univers d'Astérix. Il s'agira de faire des enchères sur des cartes rapportant des ressources ou permettant de scorer en fonction des cartes acquises précédemment.Afin d'éviter de se faire prendre une carte que vous convoitez, vous pouvez au moments des enchères qui se font face cachée, ajouter des pots de vin sous formes de pièces. Très jubilatoire et une belle réussite pour Nicolas Sato après un Kenjin que j'avais moins apprécié.

N°4 Raptor de Bruno Faidutti & Bruno Cathala (Editions du Matagot - 2 joueurs - 9 ans - 25 mn)

L'association de ces deux auteurs de renoms a donné encore une fois un résultat remarquable pour un vrai plaisir de jeu à deux, servi par du très beau matériel. Un joueur incarne une maman raptor et ses 5 petits dont l'objectif est de croquer tous les scientifiques présents sur le plateau ou de faire s'échapper 3 petits raptors. L'autre joueur incarne une équipe de scientifiques dont l'objectif est de capturer 3 petits raptors ou de neutraliser complètement la maman raptor. La mécanique de jeu est assez originale avec sa programmation d'actions, les capacités spéciales propres aux deux camps, bref du tout bon.

N°3 Mystérium d'Oleg Sidorenko et Oleksandr Nevskiy (Editions Libellud - 2 à 7 joueurs - 10 ans - 42 mn)

Ce jeu coopératif est sans doute le plus beau de l'année de par son matériel d'excellente qualité et ses illustrations qui prouvent à qui n'en était pas convaincu que Xavier Collette est sans doute le meilleur illustrateur de jeu en activité. Ici un joueur incarne un fantôme qui derrière son paravent va essayer de faire deviner aux autres joueurs qui incarnent des médiums, l'identité de son assassin, le lieu du crime et l'arme utilisée. On présente le jeu comme un croisement entre Cluedo et Dixit mais c'est bien plus que ça, une nouvelle expérience de jeu.

N°2 Blood Rage d'Eric Lang (Editions Cool mini or not - 1 à 4 joueurs - 14 ans - 60/90 mn)

Comme souvent avec Cool Mini Or Not, le matériel est pléthorique et magnifique au service d'un jeu à la thématique viking très bien restituée et très immersif. Il s'agit d'un jeu de conquête et d'affrontement dont la stratégie est définie par une phase de draft de cartes au début de chaque manche. Une vraie tuerie et des extensions en français arrivent prochainement.

N°1 7 Wonders Duel d'Antoine Bauza et Bruno Cathala (Editions Repos Prod -2 joueurs - 30 mn)

L'un des plus gros succès de ces dernières années a été repensé pour des parties à deux joueurs très jubilatoires. Les stratégies menant à la victoire sont variées, la victoire par KO possible militairement et scientifiquement ajoute énormément de tension aux parties à chaque fois différentes. Le meilleur jeu de l'année selon moi.

Parmi les autres jeux qui m'ont plu cette année, je pourrai citer la réédition de l'excellent Lords of Scotland, Aramini Circus, The Game, Patchwork, Primiera et 10' to kill.

Lutèce de Nicolas Sato (Editions Superlude)

Lutèce de Nicolas Sato (Editions Superlude)

Raptor de Bruno Faidutti et Bruno Cathala (Editions du Matagot)

Raptor de Bruno Faidutti et Bruno Cathala (Editions du Matagot)

Mystérium d'Oleg Sidorenko et Oleksandr Nevskiy (Editions Libellud)

Mystérium d'Oleg Sidorenko et Oleksandr Nevskiy (Editions Libellud)

Blood Rage d'Eric Lang (Editions Cool Mini Or Not)

Blood Rage d'Eric Lang (Editions Cool Mini Or Not)

7 Wonders duel d'Antoine Bauza et Bruno Cathala (Editions Repos Prod)

7 Wonders duel d'Antoine Bauza et Bruno Cathala (Editions Repos Prod)

Voir les commentaires

Maus d'Art Spiegelman (1987/1992 - Editions Flammarion)

Maus d'Art Spiegelman (1987/1992 - Editions Flammarion)

Il y a des lectures qui vous marquent pendant longtemps. C'est d'autant plus fort je trouve lorsqu'une bande dessinée parvient à le faire, ce qui prouve que cet art est loin d'être anodin et réservé qu'aux jeunes. Maus fait partie de ces lectures, comme "Blast" ou "Le photographe" dont je vous ai parlé en 2015.

Le père de l'auteur, Vladek, juif polonais, rescapé d'Auschwitz, raconte sa vie de 1930 à 1944, date de sa déportation. Ce récit est rapporté sous la forme d'une bande dessinée dont les personnages ont une tête d'animal : les juifs sont des souris, les nazis des chats, les Polonais des porcs et les Américains des chiens.

La lecture de cette BD devrait être obligatoire dans toutes les écoles. Témoignage sans concession de la période la plus sombre de notre histoire, elle restitue avec détails livrés par le père de l'auteur, l'horreur des camps, la cruauté des hommes durant la seconde guerre mondiale.

Le noir et blanc colle parfaitement à ce qui est décrit et l'idée de représenter les différents personnage sous forme d'animaux est bien trouvée.

On suit également avec intérêt, l'évolution de la relation entre un père au caractère difficile et son fils qui, au départ de l'histoire ne le comprends pas. Le vécu du père éclaircit nettement son comportement actuel et va permettre à l'auteur de mieux comprendre son père.

Un vrai devoir de mémoire que de livre cette oeuvre que les éditions Flammarion ont édité de façon intégrale (312 pages).

Cette oeuvre a reçu le prix Pulitzer amplement mérité.

Une planche représentative de cette magnifique BD.

Une planche représentative de cette magnifique BD.

Autre extrait de Maus

Autre extrait de Maus

Voir les commentaires

Voeux et Quelques chiffres

Voeux et Quelques chiffres

Avant toute chose, je souhaite à tous les lecteurs de ce blog et à tous leurs proches une très belle année 2016. J'espère qu'elle nous apportera santé et paix en ces temps agités.

Une de mes résolutions de 2015 était de rédiger au minimum 100 articles mais je n'ai pas réussi à m'y tenir, voici quelques statistiques concernant le blog qui est né le 23 octobre 2012 :

Nombre d'articles publiés en 2015 : 82 => C'est le double par rapport à 2014 (41) mais reste en dessous de l'année la plus prolifique du blog, 2013 avec 93 articles. Tout cela porte le nombre d'articles à 258.

Ma grande satisfaction est le nombre de visiteurs uniques puisque ce sont 4380 visiteurs qui sont passé par le blog cette année.Pour vous donner une idée, le record datait de 2014 avec 2708 visiteurs. Cela porte le total de visiteurs depuis 2012 à 10090. La barre symbolique des 10000 a été franchie.

Le nombre de pages vues en 2015 a été de 6149, record également par rapport à 2013 qui en comptait 4170.

Je tiens à remercier tout particulièrement mon frère Luis qui est depuis le début mon plus fidèle lecteur (et qui a lui aussi démarré un excellent blog sur les jeux vidéos (http://10emeart.canalblog.com) mais également toutes les personnes qui me lisent au travers de Facebook qui est un sacré amplificateur dans cette histoire.

Cette année, j'ai souhaité introduire des articles vidéos pour certains jeux. Je pense que cela apporte plus de clarté aux explications et vais renouveler l'expérience en 2016.

Alors je ne vais m'imposer de défis chiffrés pour 2016 car la notion de plaisir doit prédominer. Je continuerai à me centrer sur le cinéma, les jeux de société et la lecture qui sont mes vraies passions mais je continuerai avec les autres rubriques car la richesse est dans la diversité.

Dans les prochains jours, viendront les habituels articles bilan sur 2015 concernant ciné, jeux, lectures et musiques.

Merci à tous et à très bientôt sur le blog.

Voir les commentaires