Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'homme qui voulait vivre sa vie (1997 - Douglas Kennedy)

L'homme qui voulait vivre sa vie (1997 - Douglas Kennedy)

Après une longue pause estivale, je reviens vers vous avec mon roman de l'été. Je vous ai déjà parlé ici de l'écrivain Douglas Kennedy dont le livre "Les désarrois de Ned Allen" m'avait littéralement scotché et fut pour moi une belle découverte. Cet été j'ai attaqué "L'homme qui voulait vivre sa vie" et je me suis régalé.

L'histoire : Ben Bradford a réussi. La trentaine, avocat compétent, un beau poste dans l'un des plus grands cabinets de Wall Street, un salaire à l'avenant, une femme et deux fils tout droit sortis d'un catalogue Gap. Sauf que cette vie, Ben la déteste. Il a toujours rêvé d'être photographe. Quand il soupçonne que la froideur de son épouse est moins liée à la dépression postnatale qu'à une aventure extraconjugale, ses doutes reviennent en force, et avec eux la douloureuse impression de s'être fourvoyé. Ses soupçons confirmés, un coup de folie meurtrier fait basculer son existence, l'amenant à endosser une nouvelle identité.

Autant vous le dire tout de suite, ce livre de 500 pages ne m'a pas lâché, une fois les premières pages lues car la recette ici est la même que dans le livre précédent, une première partie permettant de ressentir une certaine empathie envers ce héros dont la vie va basculer suite à un évènement tragique. C'est ensuite toute la 2e partie du livre qui va nous faire voyager de New York aux paysages du Montana et nous faire vibrer en même temps que Ben Bradford.

Ce livre a été adapté au cinéma par Eric Lartigau en 2010 avec Romain Duris comme protagoniste principal. Je n'ai pas encore vu le film mais le sujet est idéal pour le cinéma car on y trouve de nombreux rebondissements et quelques scènes d'action bien senties.

Une vraie réussite et l'assurance de passer un excellent moment. Merci de nouveau à Yvan de m'avoir prêté ce roman.

La bande annonce de l'adaptation cinéma par Eric Lartigau avec Romain Duris